Insecticides tueurs d’abeilles : Demain… « j’arrête »

13 435
signataires demandent à leur maire d’interdire les insecticides tueurs d’abeilles

En participant à cette mobilisation en ligne, vous avez conscience que votre courriel est transmis aux cibles de la pétition et que vous recevrez ponctuellement les bilans de cette action ainsi que d’autres actions similaires en provenance de l’association Agir pour l’Environnement via son Courriel’Action. Désabonnement possible dans chaque courriel envoyé ou sur simple demande.

Pourquoi cette pétition ?

Sauvons les abeilles en interdisant les insecticides tueurs d’abeilles : Interpellez votre maire

Entre 2013 et 2014, la vente des cinq principaux insecticides tueurs d’abeilles a progressé de 31 % ! Ces insecticides néonicotinoïdes sont pourtant les principaux responsables de l’effondrement de près de 300 000 colonies d’abeilles chaque année en France.

Face à cette urgence écologique, les parlementaires ont adopté une loi « biodiversité » interdisant les insecticides tueurs d’abeilles en 2018 avec la possibilité de bénéficier de dérogations jusqu’en 2020 ! D’ici là, plus d’un millions de colonies d’abeilles vont disparaître !!! En France, 30 % des colonies sont ainsi menacées. Plus de deux ans après l’utilisation de ces insecticides tueurs d’abeilles, des traces persistent dans les sols et les végétaux !

En multipliant les délais et dérogations, une part importante des députés et sénateurs a pris grand soin de ne pas froisser le lobby de l’agrochimie.

Mais il y a une bonne nouvelle : Sans attendre 2020, votre maire peut agir !

En effet, votre maire peut prendre position en adoptant un vœu ou un arrêté d’encadrement ou d’interdiction de l’usage des néonicotinoïdes. De fait, pour limiter le préjudice économique et protéger les abeilles, une telle opposition municipale est nécessaire.

Néonicotinoïdes : Demain, « j’arrête » !

Imprimer

Agir pour l’Environnement et l’Union Nationale de l’Apiculture Française ont rédigé un projet de vœu et deux arrêtés types que vos élus municipaux peuvent adopter. Si des centaines de communes agissent de concert, nous avons la possibilité de contrebalancer l’attentisme des parlementaires.

Dès maintenant, vous pouvez envoyer directement à votre maire un courriel lui demandant d’agir.